Sélectionner une page

La Kolibri EVO au Népal

Pilote Team et photographe de voyage pour National Geographic Expeditions,  Max SEIGAL nous raconte son dernier voyage au Népal, pour lequel il a choisi de s’équiper de la Kolibri EVO.

Orientation Ouest, ciel magnifique sur le Catray et le décollage de Champfromier

La nouvelle Kolibri EVO – la reine du vol-bivouac
Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été attiré par le vol libre pour les opportunités uniques qu’il offre. Le parapente permet de réaliser l’ascension d’une montagne et de voler de son sommet, de réaliser de grandes distances en cross-country, ou d’atterrir en altitude et de bivouaquer avec des amis avant de prolonger le vol le lendemain. J’ai toujours pensé que la Kolibri était la meilleure sellette pour le vol-bivouac, mais le modèle original avec les jambes fermées était un peu difficile à enfiler avec près de 40 kg de matériel et d’eau. C’était la partie la plus contraignante de la journée pour moi : mettre la sellette.

Orientation Ouest, ciel magnifique sur le Catray et le décollage de Champfromier

Avec les améliorations apportées sur la Kolibri EVO, tous les petits « inconvénients » de la version originale ont été résolus ! Avec une cuisse détachable, enfiler la sellette est désormais plus facile que jamais, même lorsqu’elle est chargée avec tout le matériel de bivouac. J’affectionne toujours autant l’ÉNORME compartiment arrière qui offre un espace gigantesque pour la tente, le sac à dos, l’eau et plein d’autres accessoires (je n’ai jamais trouvé de volume de rangement équivalent chez aucune marque concurrente !). D’autres améliorations sont également très appréciables, comme la nouvelle poche située sous le parachute de secours pour placer une batterie externe afin de garder les instruments de vol pleinement chargés pendant tout le vol, le support d’instruments rigidifié et surtout la poignée de secours retravaillée qui évite tout accrochage intempestif.

Avec mes trois compères, nous avons passé un mois au Népal à faire du vol-bivouac. Après avoir établi notre camp de base à proximité de Pokhara, dans la région des Annapurnas, nous avons profité de tous les créneaux météorologiques possibles. Nous nous sommes régulièrement retrouvés à plus de 4000 mètres d’altitude, et une fois parvenu sous la base des nuages nous explorions les environs en prospectant pour trouver des atterrissages potentiels en altitude afin d’établir notre bivouac, qui nous permettraient de redécoller le lendemain matin. Cette liberté qu’offre le parapente, et le vol-bivouac en particulier, nous a permis de découvrir de nombreux sommets qui nous étaient inconnus, mais également de repasser quelques nuits sur des sommets familiers tels que le Mardi Himal (3500m) ou le Korchon (3600m). Quel sentiment de joie et de liberté de pouvoir emporter en vol tout l’équipement nécessaire (matériel de bivouac, nourriture, vêtements), et de pouvoir explorer une région durant plusieurs jours en autonomie, sans avoir besoin de redescendre en ville pour se réapprovisionner.

Orientation Ouest, ciel magnifique sur le Catray et le décollage de Champfromier

Après avoir passé ce mois de vol-bivouac au Népal entre amis, nous avons tous été convaincus par la nouvelle Kolibri EVO. Même l’un de mes amis (équipé de la version originale) a déclaré vouloir commander la version EVO dès son retour au pays. La Kolibri EVO permet d’envisager de nouvelles et formidables aventures en parapente grâce à toutes les améliorations apportées !!!