Sélectionner une page

Record du monde à but fixé 530 kms – Rafael Saladini

Octobre 2020

Rafael SALADINI bat un nouveau record du monde à but fixé, en réalisant un vol de 530kms en solo. Il nous raconte …

Une fois de plus, mon équipe et moi-même sommes de retour au sertão – c’est ainsi que nous appelons les terres arides brésiliennes dans le nord-est de notre pays. Après plus de deux décennies passées à revenir chaque année au même endroit pour y tenter des records du monde, notre équipe a réussi jusqu’à présent 7 records en biplaces, 7 records féminins, 3 records de distances à but déclaré, 2 records de distances avec trois points de contournement et 4 records de distance en ligne droite – soit un total de 23 records du monde. Je peux certainement nous qualifier de spécialistes du marathon aérien.

Après tant de réalisations, la question principale est la suivante : comment pouvons-nous rester motivés pour continuer à essayer de battre de nouveaux records ?

La réponse peut sembler un peu simpliste. Notre équipe se réunit chaque année en octobre au sertão uniquement pour se retrouver et s’amuser – le record du monde et les chiffres n’en sont que les conséquences – nous aimons simplement voler ensemble en équipe, et nous nous amusons à transformer notre joie en mission militaire. Nous aimons tout simplement nous réveiller avant l’aube à 4 heures du matin et participer à des marathons aériens jusqu’au crépuscule vers 18 heures. La carrière de nos pilotes est entièrement consacrée à cela. Nous ne participons aux Coupes du monde et aux Championnats du monde que pour apprendre à être des pilotes plus rapides et audacieux afin d’être compétitifs lors de nos poursuites de records du monde.

La saison 2020 s’annonçait prometteuse – nous étions vraiment motivés, surtout parce que nous avons été confinés tout le début de l’année par la pandémie. Notre expédition a commencé le 26 septembre, et dans les jours qui ont suivi, nous avons passé plusieurs jours d’entraînement et de frustration à attendre patiemment le jour “J”. La majorité de mes coéquipiers ne pouvaient pas rester et attendre. Il m’a fallu 19 jours pour qu’arrive le premier bon cycle. Le 15 octobre, un jour prévu pas si prometteur, je suis parti vers 6h40 du matin pour faire quelques prises de vue avec une caméra suiveuse attachée à ma voile. Comme nous le faisons toujours, j’ai suivi strictement toutes les procédures de record du monde le matin. Même si le vent n’était pas assez fort, la journée a évolué au-delà de mes attentes et j’ai pu compenser en utilisant l’accélérateur et en prenant le risque d’atterrir trop tôt. Vers midi, j’ai réalisé que j’avais même une chance de battre notre précédent record du monde de 582 km de distance en ligne droite. Cependant, depuis mon record sud-américain en 2007, je n’avais jamais re-volé seul aussi longtemps. Depuis lors, notre style et notre objectif ont toujours été le vol en équipe. J’étais vraiment sceptique sur ma patience à voler seul aussi longtemps une fois de plus. À ma grande surprise, non seulement j’ai eu la patience, mais à la fin de la journée, je me sentais tout à fait à l’aise et prêt à voler encore plus. Je n’ai eu aucune surprise pendant le vol, mais après 15 heures, le ciel n’était pas si facile à déchiffrer, avec de nombreux trous de ciel bleu. Comme ma vitesse moyenne commençait à baisser de façon spectaculaire, j’ai décidé de me concentrer sur l’objectif déclaré. J’ai atterri juste après 17h43, après avoir parcouru 555 km en ligne droite et 530 km pour le record du monde à but déclaré. J’étais vraiment très heureux de mon exploit et j’ai été impressionné par la patience dont j’ai fait preuve pour voler complètement seul durant toute la journée. Il est certain que mon équipement a fait une sacrée différence. En plus de mon incroyable et confortable Enzo 3, j’avais aussi une Kanibal Race 2 – je suis sûr que l’association des 2 m’a permis de voler sereinement durant autant d’heures patiemment sans me sentir épuisé et sans ressentir le sentiment d’abandonner.

Au début de ma carrière, je pouvais facilement voler pendant plus de 10 heures avec des sellettes non réglées et inconfortables, sans tubes à uriner et sans nourriture. Avec l’expérience et l’âge, ma colonne vertébrale et mon corps ne supportent plus ce genre d’inconfort, car cela affecte directement ma concentration et mes performances. Depuis le championnat panaméricain de mars, j’ai eu l’occasion de commencer à utiliser la Kanibal Race 2. Avant cela, j’avais eu de très mauvaises expériences avec ma sellette précédente : beaucoup trop de poids sur le dessus des jambes (et des parties génitales), à cause du parachute de secours, des instruments et du lest tout ensemble. J’avais beaucoup de mal à faire pipi et à utiliser l’accélérateur.

Mes sensations de vol sur la Kanibal Race 2 peuvent être décrites en deux mots : confort et liberté. Mes parties génitales étaient de nouveau bien traitées :), mes jambes étaient de nouveau libres pour ne penser qu’à l’accélérateur et ma colonne vertébrale a cessé de crier à chaque vol et pouvait maintenant facilement supporter plus de 11 heures en l’air. Depuis mon premier vol avec la Kanibal Race 2, j’ai gagné la Panamerican 2020 et j’ai volé 555 km en ligne droite, battant ainsi le record du monde à but déclaré. Je suis vraiment heureux de mon choix et j’ai hâte de courir les grandes épreuves avec cette sellette. Je tiens à remercier Kortel Design d’avoir créé une sellette de compétition aussi parfaite, qui m’aide à réaliser mes rêves. Kortel Design : Vous déchirez !!! 😉